Children at the table

 

En juin 2018, le ministère de la Famille a donné un mandat bien spécial au Club des petits déjeuners : mettre en place un projet pilote de programmes de petits déjeuners pour les tout-petits.

 

Le projet allait prendre place sur une période de trois ans et impliquer 15 services de garde éducatifs à l’enfance (SGEE) de tous les milieux, soit des garderies et des centres de la petite enfance (CPE), provenant de régions urbaines, rurales et en communautés autochtones. Le tout allait rejoindre plus de 400 enfants âgés de 0 à 5 ans.

 

Trois ans plus tard, le Club est maintenant prêt à faire un retour sur la mise en place de ce projet bien spécial.

Children eating toast

Les enfants en sortent gagnants

En septembre 2021, le Club est allé rencontrer l’équipe du CPE Chapeaux Ronds et Bottillons afin d’obtenir leurs commentaires et en apprendre plus sur les bienfaits que la mise en place d’un programme de petits déjeuners a eus chez les jeunes enfants.

Avec 108 enfants y déjeunant quotidiennement, le CPE n’a que de bons mots à dire au terme de ces trois années.

 

« C’est certain qu’avec la part du Club des petits déjeuners, nous pouvons offrir une plus grande variété [d’aliments]. Le fruit qu’on donnait le matin a pu être déplacé au dîner. Alors, nous n’avons pas juste bonifié notre offre alimentaire du matin, mais nous avons bonifié toute notre offre alimentaire », explique Martine Desjardins, directrice générale du CPE.

 

Éducatrice depuis plusieurs années, Daphnée St-François a affirmé que le moment du petit déjeuner est aussi un moment chaleureux pour elle et son groupe Les enfants ont le temps de manger et elle n’y voit que du positif.

Toddlers at the table

Alléger la routine familiale pour un matin plus doux

Les membres de l’équipe du CPE ne sont pas les seuls à avoir observé les bienfaits que cela avait chez les enfants. Audrey Jacob, maman d’une petite fille fréquentant le CPE, a remarqué des différences positives autant chez son enfant que dans sa vie de famille.

« Le service de petits déjeuners qui est offert au CPE allège énormément la tâche parentale. […] On sent qu’il y a une collaboration entre le CPE, le Club des petits déjeuners et notre propre routine familiale. Ma fille a un enthousiasme à rentrer à la garderie, non seulement pour voir ses amis et son éducatrice, mais aussi pour prendre un petit déjeuner agréable ».

Little girl eating breakfast

Le Club, un accompagnateur essentiel

 

« Avec les 27 ans d’expérience [du Club] dans les écoles primaires et secondaires, cela a été facile de transposer cette expérience-là [dans les SGEE] » mentionne Claudine Dessureault, Conseillère principale nationale, achats et inventaire.

 

Claudine fait partie de ce projet depuis les tous débuts en aidant et encadrant les directions dans la mise en place de leur programme. À travers les trois ans qu’a duré ce projet, elle a également aidé à préciser le rôle de l’organisme.

Elle explique que « [le rôle du Club] est d’être côte à côte avec les milieux, de conseiller au niveau de la nutrition et de proposer des produits bons pour les enfants suivant les standards de qualité, autant des services de garde que du Guide alimentaire canadien ».

La mise en place d’un tel programme a permis au Club de rejoindre encore plus d’enfants et une plus large tranche d’âge, soit de 0 à 18 ans. Ainsi, les enfants peuvent apprendre, développer et adopter de bonnes habitudes alimentaires plus tôt dans leur vie. Cela permet également une certaine continuité dans le service offert par l’organisme.

 

Regardez la vidéo réalisée lors de cette visite pour en apprendre plus sur le développement et les bienfaits de ce projet!

Les rencontres d’échanges virtuelles de la rentrée scolaire ont permis à plusieurs personnes, partout au Canada, de discuter des principales difficultés liées aux programmes de petits déjeuners pour la présente année scolaire. Notre équipe a réuni les meilleures idées et suggestions présentées par les écoles en réponse à des questions d’intérêt comme l’implication bénévole et la diminution des coûts et du travail de préparation. Les rencontres d’échanges virtuelles constituent des moments très bénéfiques qui permettent de trouver des solutions adaptées aux différents systèmes et contextes scolaires.

Nous remercions tous ceux et celles qui ont pris part aux échanges et espérons avoir bien retransmis, ci-dessous, les conseils qui ont été partagés lors des diverses rencontres.

 

Implication bénévole
  • Recruter des bénévoles au sein des groupes communautaires : Plusieurs écoles ont fait appel à des groupes communautaires de leur localité (ex. détachement local de la GRC, groupes religieux, entreprises, équipes sportives) pour faciliter le déroulement des petits déjeuners. Ces groupes ont été sollicités pour différentes tâches, comme l’achat des aliments, la livraison et même la préparation et l’emballage des repas. Cette option est à envisager si les règlements de votre école autorisent les bénévoles externes.
  • Collaborer avec les écoles secondaires du secteur : Y a-t-il une école secondaire près de votre école ? Quelqu’un a proposé de s’associer à une école secondaire voisine de sorte que les élèves (les grands) préparent les petits déjeuners, les emballent et les déposent le matin à l’entrée de l’école primaire. Les jeunes du secondaire pourraient se servir de cette expérience pour la comptabiliser en heures de bénévolat ou pour préparer un projet dans le cadre d’un cours sur la sécurité et l’éducation alimentaires. Ça pourrait être une bonne solution pour les écoles qui ne sont pas en mesure d’avoir plus de bénévoles pour la préparation des petits déjeuners dans leur établissement.
  • Demander à des élèves bénévoles de prendre part à un programme de services communautaires : Certaines écoles peuvent compter sur des élèves bénévoles et ont choisi d’inclure les tâches de préparation des petits déjeuners dans les heures de services communautaires de ces élèves. Ces derniers apprennent ainsi à s’impliquer dans leur communauté et à cultiver leur leadership tout en facilitant les tâches matinales des personnes chargées de coordonner les petits déjeuners. Lisez ici un article portant sur l’expérience de bénévolat obligatoire à l’école Georges-P.-Vanier.
  • Faire participer le personnel de l’école : Organisez une réunion du personnel pour voir si les employés sont prêts à aider et s’ils ont le temps de le faire. Avec les restrictions en vigueur, plusieurs écoles se sont tournées vers des membres dévoués du personnel plutôt que vers des bénévoles externes. Une école a fondé un club qui va « au-delà de l’engagement » en permettant au personnel d’aider dans divers domaines connexes, dont la préparation et le service des petits déjeuners. Dans certaines écoles, les employés se partagent les responsabilités du club des petits déjeuners en alternant de semaine en semaine. Par exemple, si deux employés s’occupent de la préparation, du service et du nettoyage une semaine, puis que la semaine suivante, c’est au tour d’une autre équipe, la tâche globale s’en trouve alors allégée.
    • Conseil : Pour aider les employés à se sentir motivés et appréciés, pensez à organiser un petit déjeuner spécial de remerciement lors d’une journée sans cours ou à intégrer dans leurs horaires de travail les responsabilités rattachées au club.
Diminution de la préparation

Pour ceux et celles d’entre vous qui ne peuvent obtenir d’aide supplémentaire dans la préparation des petits déjeuners en raison des restrictions et règlements liés à la COVID-19, une autre option consiste à se concentrer sur l’allègement des tâches de préparation, de service et de nettoyage :

  • Certaines écoles qui avaient l’habitude de cuisiner des muffins font maintenant de plus petites « barres muffins ». Ainsi, il est possible de préparer plus de barres avec moins d’ingrédients, sans oublier qu’il est plus facile de laver une simple plaque de cuisson qu’un moule à muffins. Il suffit d’étaler votre pâte à muffins favorite sur une plaque de cuisson bien graissée ou recouverte de papier parchemin ou d’une feuille de silicone. Le temps de cuisson peut varier en fonction de l’épaisseur de la pâte. Il existe de nombreuses recettes en ligne.
  • De même, certaines écoles préparent des crêpes à l’avoine dans des plaques de cuisson et les découpent ensuite en portions individuelles. Le mélange est facile à verser, à retourner et à servir, en plus de faire gagner beaucoup de temps.
  • Il a été suggéré de demander aux élèves d’apporter leurs propres contenants, ustensiles et bouteilles, puis de les ramener ensuite à la maison, pour réduire la quantité de vaisselle réutilisable à laver. Ça réduit également le gaspillage et permet d’économiser si votre école utilisait auparavant des assiettes en carton et des ustensiles en plastique.
  • Certaines écoles ont proposé que les élèves lavent leur propre vaisselle dans la classe avant de la retourner à la cuisine. Cette initiative permet de raccourcir le temps consacré au nettoyage, et peut être une solution aux problèmes de lavage de vaisselle.
Réduction des coûts pour les soutiens financiers
  • Parfois, les programmes de soutien financier peuvent trouver un épicier indépendant ou un grossiste local pour l’approvisionnement de certains produits frais (ex. baies, légumes). Il arrive que les épiciers indépendants puissent offrir des prix réduits ou des aliments cultivés localement. Une école de Cochrane, en Alberta, a constaté la rentabilité de cette solution pour son programme de petits déjeuners, qui sert des centaines d’élèves.
  • Acheter en grosse quantité (ex. blocs de fromage que l’on coupe en petites portions) est souvent plus économique que d’acheter des portions individuelles (ex. bâtonnets de fromage).
  • Renseignez-vous sur les réductions qui sont accordées par les épiceries pour les programmes scolaires de petits déjeuners.
  • Optimisez chaque dollar dépensé et réduisez le gaspillage alimentaire en proposant aux élèves de ramener les restes à la maison ou en offrant une collation après l’école.

 

Nous sommes conscients que nos écoles sont toutes différentes et qu’il n’y a pas de solution parfaite applicable à toutes. Nous espérons néanmoins qu’au moins une ou deux de ces suggestions vous permettront d’améliorer le fonctionnement de votre programme de petits déjeuners cette année. Une fois de plus, nous remercions sincèrement toutes les personnes qui ont participé et partagé leurs solutions innovantes lors des rencontres d’échanges virtuelles de la rentrée scolaire. Merci pour votre implication, votre perspicacité et votre soutien mutuel; nous espérons que vous partagerez d’autres astuces et solutions éprouvées dans le cadre des prochaines rencontres qui auront lieu pendant l’année scolaire !


Cliquez ici pour plus d’histoires!

New Ambassadors for BCC

Ils cherchent à sensibiliser le grand public et offrir des opportunités importantes aux enfants

 

Boucherville, le 19 juillet 2021 – Le Club des petits déjeuners est fier d’annoncer que Lindsey Butterworth et Justin Kent se joignent à la communauté du Club en tant qu’ambassadeurs. Originaires de la Colombie-Britannique, ils sont impatients de contribuer aux initiatives de collecte de fonds et de promouvoir les valeurs du Club afin de soutenir le développement des enfants au Canada.

 

« Je me passionne pour la promotion de la santé et m’intéresse plus particulièrement à l’alimentation comme vecteur de comportements sains chez les jeunes, » explique Lindsey Butterworth. « Les connaissances que j’ai acquises sur la sécurité alimentaire pendant mon baccalauréat, et mon bénévolat auprès du programme de petits déjeuners de mon centre communautaire m’ont convaincue de l’importance pour les jeunes d’avoir accès à un repas nutritif chaque matin. Par mon implication auprès du Club, je veux continuer de promouvoir et de favoriser l’accessibilité des programmes de petits déjeuners partout au Canada. »

 

Coureuse de demi-fond, Butterworth représentera le Canada aux Jeux olympiques de Tokyo. Elle a commencé sa carrière de coureuse comme étudiante à l’Université Simon Fraser. Elle y a décroché un baccalauréat ès arts en sciences de la santé, en 2015, et est devenue à la même époque double championne de la Division II de la NCAA au 800 m. Butterworth s’entraine à Burnaby, en Colombie-Britannique, tout en travaillant à temps plein en tant que conseillère aux études auprès des athlètes de la communauté étudiante.

 

Justin Kent rejoint également le cercle des ambassadeurs du Club. Coureur de fond, il a notamment représenté le Canada aux Jeux de la Francophonie de 2017 et aux Championnats du monde de cross-country de 2019, en relais mixte. En 2019, Kent a remporté la course Sun Run de Vancouver, un exploit resté hors de portée des athlètes de la région de 1992 jusqu’à sa victoire. Aujourd’hui, il s’entraîne à Burnaby, en Colombie-Britannique, tout en étant coach au sein de Mile2Marathon, un programme communautaire.

 

« Je crois en l’importance de garantir aux jeunes l’égalité d’accès à une alimentation adéquate, » mentionne Kent. « J’ai grandi à Surrey, en Colombie-Britannique, où j’ai été témoin de l’impact que peut avoir un programme de petits déjeuners dans une école de milieu urbain défavorisé. J’espère contribuer à changer les choses pour que les jeunes aient l’énergie nécessaire à la poursuite de leurs objectifs. Personne ne devrait être contraint de réaliser ses rêves le ventre vide. »

 

Le duo sera activement impliqué dans les activités de collecte de fonds du Club et contribuera à la sensibilisation à l’importance des programmes de petits déjeuners au Canada. Pour lancer ce partenariat, Butterworth et Kent vendent des chandails avec leur marque personnelle au profit du Club. Ils ont également lancé leur propre page de collecte de fonds pour supporter la cause.

 

« Nous sommes extrêmement heureux d’accueillir Lindsey et Justin dans notre famille du Club », mentionne Tommy Kulczyk, Directeur général du Club des petits déjeuners. « C’est un honneur de travailler avec des ambassadeurs qui s’intéressent à notre travail et qui contribuent à soutenir notre mission. Lindsey et Justin sont passionnés par la nutrition et veulent faire une différence dans la vie des enfants au Canada. Ce sont d’excellents modèles et nous sommes impatients de collaborer avec eux sur de nombreux projets à venir. »

 

À propos du Club des petits déjeuners

Accrédité par Imagine Canada pour sa saine gestion, le Club permet d’offrir bien plus qu’un petit déjeuner aux enfants, son approche reposant sur l’engagement, la valorisation et le développement des capacités dans une formule optimale adaptée aux besoins locaux. Présent sur l’ensemble du territoire canadien, le Club des petits déjeuners contribue à nourrir plus de 257 000 enfants canadiens dans 1 887 établissements scolaires au pays. Apprenez-en plus sur notre site Internet au clubdejeuner.org ou suivez-nous sur Facebook, Instagram, Twitter et LinkedIn.

 

– 30 –

Pour plus de renseignements :

Victoria Jaklin
Conseillère, communications corporatives et relations publiques
Club des petits déjeuners
victoria.jaklin@breakfastclubcanada.org
514-929-6805

Kids putting hands together on the table

Le Club des petits déjeuners salue la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse pour leur travail, leur diligence et leurs recommandations pour faire du bien-être des enfants un projet de société.

Nous sommes particulièrement ravis que le rapport déposé par la Commission mette l’emphase sur la participation de tous les acteurs, le désir de faire entendre les voix des enfants et, surtout, l’importance de prendre une position de leadership et d’avoir une imputabilité accrue.

Au cours de la dernière année, la pandémie a accentué la précarité financière de nombreuses familles québécoises. Avant la pandémie, un enfant sur quatre se rendait à l’école le ventre vide au pays. Nous parlons aujourd’hui d’un enfant sur trois. Les besoins sont grandissants et il y a urgence d’agir.

L’intérêt des enfants est au cœur des intentions, des objectifs et des décisions du Club. En offrant la possibilité de prendre un petit déjeuner nutritif chaque matin, les programmes de petits déjeuners contribuent non seulement aux saines habitudes de vie, mais aussi à ce que les enfants et les élèves soient entourés d’adultes de confiance, dans un environnement sain, bienveillant et inclusif.

Plus que jamais, le Club des petits déjeuners est prêt à soutenir l’écosystème de l’éducation et de la santé, à travailler en collaboration avec tous les partenaires, dont le gouvernement du Québec, et à élargir sa présence sur le territoire québécois afin d’activement contribuer au bien-être des plus jeunes. C’est ensemble que nous allons faire une réelle différence.

Pour le lire le rapport : www.csdepj.gouv.qc.ca/accueil/

Kids putting hands together on the table

Le Club des petits déjeuners applaudit les mesures prises par le gouvernement fédéral pour lutter contre l’insécurité alimentaire, telles qu’annoncées dans le budget 2021. La pandémie de COVID-19 a exacerbé l’insécurité économique et alimentaire des familles et a frappé le plus durement les plus vulnérables. Les annonces d’aujourd’hui permettront de prendre des mesures importantes pour soutenir les familles canadiennes. 

Les intervenants nationaux et communautaires en matière de nutrition scolaire demandent depuis longtemps au gouvernement fédéral d’établir un Programme national d’alimentation scolaire afin de donner accès à des aliments sains à tous les élèves et à leurs familles pour les aider à s’épanouir. Nous savons qu’une demeilleures façons de soutenir ces enfants et leurs familles est de mettre en place un programme national qui fournit des repas nutritifs aux enfants, et qui est accessible aux enfants dans les écoles d’un bout à l’autre du pays. Nous exhortons le gouvernement fédéral à respecter l’engagement pris dans le budget 2019 et de travailler avec les gouvernements provinciaux et territoriaux pour établir un Programme national d’alimentation scolaire. La nécessité d’un tel programme est plus grande que jamais, car la pandémie de COVID-19 accroît les besoins des enfants et des familles et perturbe la scolarité en 2020 et 2021.  

Un Programme national d’alimentation scolaire permettra d’atténuer l’insécurité alimentaire des enfants et des familles, alors que nous nous efforçons de faire en sorte qu’aucun enfant ne soit laissé pour compte et de sortir les enfants de la pauvreté – un objectif qui est devenu encore plus crucial à la lumière de la pandémie de COVID-19 qui exacerbe l’insécurité économique et frappe le plus durement les plus vulnérables. Il est particulièrement important d’établir rapidement un tel programme, alors que les élèves et les enseignants se préparent à retourner en classe pour l’année scolaire 2021. Un Programme national d’alimentation scolaire est un élément essentiel d’un retour à l’école sûr, inclusif et résilient pour préparer nos enfants à la réussite.  

« Nous remercions le gouvernement fédéral d’avoir pris des mesures importantes pour lutter contre l’insécurité alimentaire. Nous sommes impatients de continuer à travailler avec le gouvernement fédéral, les partenaires provinciaux et territoriaux et les intervenants communautaires pour mettre en œuvre le Programme national d’alimentation scolaire le plus tôt possible. », souligne Daniel Germain, président-fondateur du Club des petits déjeuners.  

Daughter with a backpack on and father with hand around her

Voici le récit de Sarah qui a fréquenté un club de petits déjeuners durant son enfance et qui a été profondément touchée par cette expérience :

Bonjour, je me nomme Sarah et j’ai 20 ans.

Je vous écris aujourd’hui pour vous remercier.

J’ai eu recours au Club des petits déjeuners lorsque j’étais en maternelle. Ma mère avait les moyens de subvenir à mes besoins et de me nourrir, mais avec son cancer, elle commençait à travailler très tôt, donc j’allais au service de garde de l’école dès l’ouverture. On a proposé à ma mère de m’inscrire au Club, car l’école commençait vers 9 h et mon petit déjeuner de 5 h était déjà loin.

Vous avez marqué ma vie à tout jamais. L’attention que vous portiez à la petite fille que j’étais a chamboulé ma vie. Vous me réconfortiez chaque matin, preniez des nouvelles de ma maman malade, vous faisiez en sorte que les matins ne se ressemblent pas. Je me souviens encore qu’à notre anniversaire, nous pouvions nous choisir un cadeau dans un panier en bois.

La peine que j’ai eue lorsque j’ai quitté vos services! Je vous adorais! Encore aujourd’hui, à l’âge de 20 ans, je vous remercie d’avoir pris soin de moi!

Chaque année, je verse un don en guise de remerciement au Club et je fais profiter un autre enfant qui en a autant besoin que moi j’ai eu besoin à l’époque.

Je vous remercie du fond du cœur et continuez votre beau travail! Ne lâchez jamais!

Sarah

Vous avez déjà participé à un programme de petits déjeuners et vous avez envie de nous partager votre histoire? Écrivez-nous via ce formulaire ou par courriel à info@clubdejeuner.org.

Soutenez des enfants comme Sarah en faisant un don!

Child with long hair eating a piece of bread

La Journée mondiale de l’alimentation est une bonne occasion pour nous de souligner l’importance de favoriser l’accès à une saine alimentation à tous les enfants du pays.

Saviez-vous qu’au primaire, un élève sur trois déjeune mal et un sur quatre ne déjeune pas du tout? Au secondaire, il s’agit d’un élève sur deux. (Source : Statistiques Canada)

Ce problème prend source à la fois dans l’insécurité alimentaire causée par la pauvreté, mais aussi dans les mauvaises habitudes, le stress et les contraintes de temps vécues par les familles. Il a pour conséquence d’amplifier plusieurs enjeux de société, entres autres de santé publique.

La sécurité alimentaire existe lorsque « tous les individus, à tout moment, ont un accès économique et physique à une alimentation nourrissante, salubre et suffisante qui leur permet de satisfaire leurs besoins alimentaires et leurs préférences alimentaires, ce qui leur permet de mener une vie saine et active. » (Source : Proof Toronto)

Les statistiques sont inquiétantes : un enfant sur six au Canada fait face à l’insécurité alimentaire. (Source : Unicef)

C’est pour ces raisons que le Club travaille d’arrache-pied, avec plusieurs partenaires et des milliers de bénévoles, à nourrir et à éduquer les jeunes afin de contrer ce fléau. De plus, le Club est fier de participer à l’objectif Faim  « zéro » de l’ONU qui vise à éradiquer la faim et la malnutrition sous toutes ses formes d’ici 2030.

Toutefois, si nous voulons atteindre notre objectif à moyen terme de nourrir 1 million d’enfants par jour et ultimement offrir une solution à tous les milieux scolaires au Canada (de 15 000 écoles), nous ne pouvons le faire sans l’ensemble des gouvernements municipaux et provinciaux ainsi que le fédéral.

Saviez-vous que le Canada est le seul pays du G7 sans programme national de nutrition scolaire dans les écoles?

C’est pourquoi nous avons comme ambitieux objectif de bâtir, d’ici 2020, un partenariat avec le gouvernement fédéral. Nous souhaitons ainsi nous assurer que tous les enfants canadiens aient accès à un déjeuner nutritif. Prenons part au mouvement #FaimZéro!

Two kids eating and drinking water with blurred background of other children

C’est aujourd’hui la rentrée scolaire de milliers de jeunes dans les écoles du Québec! Ils vont rencontrer leurs camarades des prochains mois, développer de nouvelles habitudes, et tisser des liens de confiance avec les professeurs qui les guideront vers la réussite!

Le Club des petits déjeuners a pensé à eux tout l’été. Servir annuellement 3 466 650 déjeuners dans une province aussi vaste que la nôtre, ça ne s’improvise pas! On investit toute la préparation, le cœur et la planification nécessaires à la réussite de notre jeunesse. Pour l’illustrer, nous donnons la parole aux directions d’établissements, aux enseignants et aux bénévoles qui accompagnent les jeunes et opèrent les Clubs.

Dans ce court métrage de 16 minutes, vous comprendrez tout le processus essentiel à la réussite d’un programme de petits déjeuners. Vous verrez également ce que cela signifie pour une école d’être accompagnée dans l’implantation d’un programme de petits déjeuners.

Voici un aperçu de ce qui se passe dans les coulisses d’un Club. Visionnez cette vidéo pour comprendre pourquoi, lorsqu’on agit ensemble, aucun défi n’est insurmontable afin d’offrir une chance égale de réussite à tous les enfants!

Volunteers with child making breakfast

Le Club des petits déjeuners peut compter chaque année sur plus de 17 500 bénévoles au Canada. Ces personnes sont le premier contact avec les enfants qui fréquentent le club.

Jour après jour, ils sont là pour préparer leur petit déjeuner et le leur servir dès leur arrivée. Mais leur rôle ne se limite pas qu’à ce premier repas de la journée : ils sont là aussi pour réconforter les enfants qui en ont besoin, pour prendre des nouvelles de leur famille, ou pour bavarder et rire, tout simplement. Le plus important, ils créent des liens de confiance avec les jeunes.

« Ce que j’aime du club, c’est qu’ici les enfants se rassemblent, c’est comme une famille. Ce sont un peu tous mes enfants, je les porte tous dans mon cœur. » – Nadia, bénévole en chef

Il n’y a pas que les adultes qui donnent leur temps au Club des petits déjeuners : les jeunes qui fréquentent une école ayant un club ont la possibilité d’y faire du bénévolat. Ceci leur donne l’occasion d’acquérir non seulement des compétences culinaires, mais aussi de les responsabiliser, leurs donnant des outils pour leur futur. Ils sont aussi sensibilisés à la sécurité alimentaire, la réussite éducative et au bien-être socio-affectif, et prennent conscience qu’ils ont un pouvoir d’agir positivement sur leurs camarades.

« J’ai commencé mon bénévolat en 5e année du primaire parce que j’aimais voir les enfants prendre leur petit déjeuner avant l’école. Je connaissais les enfants qui ne déjeunaient pas. Ils se plaignaient pendant toute la journée d’avoir faim. Je savais que si j’étais là, beaucoup de mes amis viendraient prendre leur petit déjeuner au club! » -Amy, jeune bénévole

Issus de tous les groupes d’âge et de tous les milieux, nos bénévoles ont tous deux points communs : un grand cœur et un bon réveille-matin! Certains bénévoles décident de venir en famille, d’autres seuls. Certains viennent faire du bénévolat 2 heures par semaine, d’autres viennent 1 fois par mois. Le Club s’adapte aux disponibilités de ses bénévoles et comprend l’effort que ça implique, donner de son temps. En retour, ceux-ci ont droit à des petits visages qui s’illuminent chaque matin en voyant ce qu’ils ont concoctés pour eux!

Vous êtes intéressé à faire du bénévolat dans un club des petits déjeuners proche de chez vous ? Remplissez ce formulaire en ligne.*

Merci à tous nos bénévoles présents (et futurs) pour leur implication!

* VEUILLEZ NOTER QUE, POUR LE MOMENT, LES OPPORTUNITÉS DE BÉNÉVOLAT SONT DISPONIBLES AU QUÉBEC SEULEMENT.
Children hugging a woman

Aujourd’hui, le Club des petits déjeuners veut célébrer avec vous les femmes! Celles qui se lèvent aux aurores afin d’avoir quelques minutes pour s’entraîner avant la folie de la routine. Celles qui ont mis de côté leur carrière pour s’occuper de leur famille. Celles qui font un chiffre double en travaillant de jour pour ensuite contribuer à la vie familiale dans le foyer qu’elles ont bâti. Celles qui sont bénévoles dans nos clubs pour s’assurer que des milliers d’enfants aient l’énergie d’apprendre tous les jours. Et nos deux vice-présidentes qui travaillent avec passion et dévouement tous les jours pour que le plus d’enfants possible se réalisent.

Les femmes occupent une grande place dans notre organisation, représentant 83 % du personnel. La même tendance règne dans les programmes de nutrition scolaire en général qui sont bien souvent gérés par des femmes (enseignantes, cuisinières, surveillantes, bénévoles, etc.) qui ont accès à des outils, du soutien et des opportunités de développement des capacités.  Il n’est pas rare que parmi ces leaders sociales plusieurs accèdent à des niveaux d’emploi supérieurs ou réintègrent le marché du travail.

En allégeant la routine matinale, le Club des petits déjeuners favorise la conciliation travail-famille. C’est d’ailleurs un constat qui est partagé par de nombreux participants du Forum mondial sur la nutrition infantile qui rapportent que les programmes de nutrition scolaire favorisent l’égalité des sexes.

Merci à toutes les femmes qui portent notre organisation et qui contribuent au bien-être des enfants.

Bonne Journée internationale de la Femme!