5 leçons que nous avons retenues du Forum mondial sur la nutrition infantile 2018

Daniel Germain dans une école

Le Club était présent au Forum mondial sur la nutrition infantile du 21 au 25 octobre dernier. Cette année, l’événement avait lieu en Tunisie, et ce fut une occasion de discuter avec des acteurs importants venant de tous les coins du monde et de retirer 5 leçons parmi tous les enseignements acquis.

Leçon no1 – Notre impact lors du Forum 2017 à Montréal a été significatif

Le Forum a débuté avec un retour sur l’édition précédente, soit celle que nous avions organisé conjointement avec la Ville de Montréal. Ça nous a fait chaud au cœur de voir que nous n’avons eu que des retombées très positives! Notre passion et notre savoir-faire ont inspiré les participants; ils ont été très impressionnés par le déploiement de notre organisation à travers tout le Canada et cherchaient à comprendre comment nous avions réussi à exercer autant d’influence dans notre pays.

Leçon no La scolarisation mondiale progresse plus rapidement

Partout dans le monde, les nouveaux emplois exigent de plus en plus de scolarité et de main d’œuvre qualifiée. Cette urgence se manifeste même au sein des Nations Unies : dans certains pays d’Afrique, l’exigence minimale est passée de la réussite du primaire à celle du secondaire. Maintenant, il y a une demande dirigée à l’ensemble des pays de pousser les enfants vers des études post-secondaires parce que le monde change rapidement. Les cycles de changement étant plus courts, les travailleurs doivent avoir les connaissances pour réagir à ces changements. La réussite scolaire prend de plus en plus de place dans le monde du travail, ce qui réaffirme la pertinence de nos programmes.

Leçon no3 – La nutrition scolaire devient une urgence mondiale

Avec le phénomène d’une scolarisation plus importante vient l’urgence de nourrir beaucoup plus d’enfants dans le milieu scolaire. 4,6 milliards de dollars seraient nécessaires pour nourrir l’ensemble des enfants à risque à travers le monde. Malgré cette urgence, l’économie globale et les grandes entreprises ne sont pas encore en mesure de prioriser la nutrition scolaire, ce sur quoi nous devons agir pour aider les 73 millions d’enfants à risque.

Leçon no4 – Une grande solidarité dans la recherche de solutions

Les participants du Forum sont présents et solidaires plus que jamais. En plus des conférences et des ateliers, il y a beaucoup d’échanges individuels au Forum sur les meilleures pratiques, sur des produits développés à moindre coût, de la documentation éducationnelle disponible, et plus encore. Cela est en ligne directe avec nos valeurs et nos convictions. C’est ensemble que nous y arriverons!

Daniel Germain avec Arlene Mitchell, directrice exécutive de la Fondation mondiale de la nutrition infantile

Daniel Germain avec Arlene Mitchell, directrice exécutive de la Fondation mondiale de la nutrition infantile

Leçon no5 – Le nombre d’enfants rejoints par les initiatives de nutrition scolaires est encore trop petit dans certains pays

Par exemple, au Congo, on nourrit 30 000 enfants dans le pays à travers le programme de nutrition scolaire. Cette donnée fait contraste avec le Canada où le Club des petits déjeuners arrive à rejoindre plus de 220 000 enfants par jour. Différentes solutions ont été abordées pour que tous diversifient leurs sources de revenus pour pouvoir en donner plus aux enfants.

Être présent au Forum mondial sur la nutrition infantile est d’une grande importance pour le Club. Nous y apprenons énormément, mais redonnons aussi. C’est la preuve que nous avons un impact non seulement au Canada, mais aussi à travers le monde et sommes fiers de pouvoir contribuer à enrayer l’insécurité alimentaire auprès des enfants dans le monde entier.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

Partie de notre histoire