Articles

Daughter with a backpack on and father with hand around her

Voici le récit de Sarah qui a fréquenté un club de petits déjeuners durant son enfance et qui a été profondément touchée par cette expérience :

Bonjour, je me nomme Sarah et j’ai 20 ans.

Je vous écris aujourd’hui pour vous remercier.

J’ai eu recours au Club des petits déjeuners lorsque j’étais en maternelle. Ma mère avait les moyens de subvenir à mes besoins et de me nourrir, mais avec son cancer, elle commençait à travailler très tôt, donc j’allais au service de garde de l’école dès l’ouverture. On a proposé à ma mère de m’inscrire au Club, car l’école commençait vers 9 h et mon petit déjeuner de 5 h était déjà loin.

Vous avez marqué ma vie à tout jamais. L’attention que vous portiez à la petite fille que j’étais a chamboulé ma vie. Vous me réconfortiez chaque matin, preniez des nouvelles de ma maman malade, vous faisiez en sorte que les matins ne se ressemblent pas. Je me souviens encore qu’à notre anniversaire, nous pouvions nous choisir un cadeau dans un panier en bois.

La peine que j’ai eue lorsque j’ai quitté vos services! Je vous adorais! Encore aujourd’hui, à l’âge de 20 ans, je vous remercie d’avoir pris soin de moi!

Chaque année, je verse un don en guise de remerciement au Club et je fais profiter un autre enfant qui en a autant besoin que moi j’ai eu besoin à l’époque.

Je vous remercie du fond du cœur et continuez votre beau travail! Ne lâchez jamais!

Sarah

Vous avez déjà participé à un programme de petits déjeuners et vous avez envie de nous partager votre histoire? Écrivez-nous via ce formulaire ou par courriel à info@clubdejeuner.org.

Soutenez des enfants comme Sarah en faisant un don!

Child with long hair eating a piece of bread

La Journée mondiale de l’alimentation est une bonne occasion pour nous de souligner l’importance de favoriser l’accès à une saine alimentation à tous les enfants du pays.

Saviez-vous qu’au primaire, un élève sur trois déjeune mal et un sur quatre ne déjeune pas du tout? Au secondaire, il s’agit d’un élève sur deux. (Source : Statistiques Canada)

Ce problème prend source à la fois dans l’insécurité alimentaire causée par la pauvreté, mais aussi dans les mauvaises habitudes, le stress et les contraintes de temps vécues par les familles. Il a pour conséquence d’amplifier plusieurs enjeux de société, entres autres de santé publique.

La sécurité alimentaire existe lorsque « tous les individus, à tout moment, ont un accès économique et physique à une alimentation nourrissante, salubre et suffisante qui leur permet de satisfaire leurs besoins alimentaires et leurs préférences alimentaires, ce qui leur permet de mener une vie saine et active. » (Source : Proof Toronto)

Les statistiques sont inquiétantes : un enfant sur six au Canada fait face à l’insécurité alimentaire. (Source : Unicef)

C’est pour ces raisons que le Club travaille d’arrache-pied, avec plusieurs partenaires et des milliers de bénévoles, à nourrir et à éduquer les jeunes afin de contrer ce fléau. De plus, le Club est fier de participer à l’objectif Faim  « zéro » de l’ONU qui vise à éradiquer la faim et la malnutrition sous toutes ses formes d’ici 2030.

Toutefois, si nous voulons atteindre notre objectif à moyen terme de nourrir 1 million d’enfants par jour et ultimement offrir une solution à tous les milieux scolaires au Canada (de 15 000 écoles), nous ne pouvons le faire sans l’ensemble des gouvernements municipaux et provinciaux ainsi que le fédéral.

Saviez-vous que le Canada est le seul pays du G7 sans programme national de nutrition scolaire dans les écoles?

C’est pourquoi nous avons comme ambitieux objectif de bâtir, d’ici 2020, un partenariat avec le gouvernement fédéral. Nous souhaitons ainsi nous assurer que tous les enfants canadiens aient accès à un déjeuner nutritif. Prenons part au mouvement #FaimZéro!

Two kids eating and drinking water with blurred background of other children

C’est aujourd’hui la rentrée scolaire de milliers de jeunes dans les écoles du Québec! Ils vont rencontrer leurs camarades des prochains mois, développer de nouvelles habitudes, et tisser des liens de confiance avec les professeurs qui les guideront vers la réussite!

Le Club des petits déjeuners a pensé à eux tout l’été. Servir annuellement 3 466 650 déjeuners dans une province aussi vaste que la nôtre, ça ne s’improvise pas! On investit toute la préparation, le cœur et la planification nécessaires à la réussite de notre jeunesse. Pour l’illustrer, nous donnons la parole aux directions d’établissements, aux enseignants et aux bénévoles qui accompagnent les jeunes et opèrent les Clubs.

Dans ce court métrage de 16 minutes, vous comprendrez tout le processus essentiel à la réussite d’un programme de petits déjeuners. Vous verrez également ce que cela signifie pour une école d’être accompagnée dans l’implantation d’un programme de petits déjeuners.

Voici un aperçu de ce qui se passe dans les coulisses d’un Club. Visionnez cette vidéo pour comprendre pourquoi, lorsqu’on agit ensemble, aucun défi n’est insurmontable afin d’offrir une chance égale de réussite à tous les enfants!

Volunteers with child making breakfast

Le Club des petits déjeuners peut compter chaque année sur plus de 17 500 bénévoles au Canada. Ces personnes sont le premier contact avec les enfants qui fréquentent le club.

Jour après jour, ils sont là pour préparer leur petit déjeuner et le leur servir dès leur arrivée. Mais leur rôle ne se limite pas qu’à ce premier repas de la journée : ils sont là aussi pour réconforter les enfants qui en ont besoin, pour prendre des nouvelles de leur famille, ou pour bavarder et rire, tout simplement. Le plus important, ils créent des liens de confiance avec les jeunes.

« Ce que j’aime du club, c’est qu’ici les enfants se rassemblent, c’est comme une famille. Ce sont un peu tous mes enfants, je les porte tous dans mon cœur. » – Nadia, bénévole en chef

Il n’y a pas que les adultes qui donnent leur temps au Club des petits déjeuners : les jeunes qui fréquentent une école ayant un club ont la possibilité d’y faire du bénévolat. Ceci leur donne l’occasion d’acquérir non seulement des compétences culinaires, mais aussi de les responsabiliser, leurs donnant des outils pour leur futur. Ils sont aussi sensibilisés à la sécurité alimentaire, la réussite éducative et au bien-être socio-affectif, et prennent conscience qu’ils ont un pouvoir d’agir positivement sur leurs camarades.

« J’ai commencé mon bénévolat en 5e année du primaire parce que j’aimais voir les enfants prendre leur petit déjeuner avant l’école. Je connaissais les enfants qui ne déjeunaient pas. Ils se plaignaient pendant toute la journée d’avoir faim. Je savais que si j’étais là, beaucoup de mes amis viendraient prendre leur petit déjeuner au club! » -Amy, jeune bénévole

Issus de tous les groupes d’âge et de tous les milieux, nos bénévoles ont tous deux points communs : un grand cœur et un bon réveille-matin! Certains bénévoles décident de venir en famille, d’autres seuls. Certains viennent faire du bénévolat 2 heures par semaine, d’autres viennent 1 fois par mois. Le Club s’adapte aux disponibilités de ses bénévoles et comprend l’effort que ça implique, donner de son temps. En retour, ceux-ci ont droit à des petits visages qui s’illuminent chaque matin en voyant ce qu’ils ont concoctés pour eux!

Vous êtes intéressé à faire du bénévolat dans un club des petits déjeuners proche de chez vous ? Remplissez ce formulaire en ligne.*

Merci à tous nos bénévoles présents (et futurs) pour leur implication!

* VEUILLEZ NOTER QUE, POUR LE MOMENT, LES OPPORTUNITÉS DE BÉNÉVOLAT SONT DISPONIBLES AU QUÉBEC SEULEMENT.
Children hugging a woman

Aujourd’hui, le Club des petits déjeuners veut célébrer avec vous les femmes! Celles qui se lèvent aux aurores afin d’avoir quelques minutes pour s’entraîner avant la folie de la routine. Celles qui ont mis de côté leur carrière pour s’occuper de leur famille. Celles qui font un chiffre double en travaillant de jour pour ensuite contribuer à la vie familiale dans le foyer qu’elles ont bâti. Celles qui sont bénévoles dans nos clubs pour s’assurer que des milliers d’enfants aient l’énergie d’apprendre tous les jours. Et nos deux vice-présidentes qui travaillent avec passion et dévouement tous les jours pour que le plus d’enfants possible se réalisent.

Les femmes occupent une grande place dans notre organisation, représentant 83 % du personnel. La même tendance règne dans les programmes de nutrition scolaire en général qui sont bien souvent gérés par des femmes (enseignantes, cuisinières, surveillantes, bénévoles, etc.) qui ont accès à des outils, du soutien et des opportunités de développement des capacités.  Il n’est pas rare que parmi ces leaders sociales plusieurs accèdent à des niveaux d’emploi supérieurs ou réintègrent le marché du travail.

En allégeant la routine matinale, le Club des petits déjeuners favorise la conciliation travail-famille. C’est d’ailleurs un constat qui est partagé par de nombreux participants du Forum mondial sur la nutrition infantile qui rapportent que les programmes de nutrition scolaire favorisent l’égalité des sexes.

Merci à toutes les femmes qui portent notre organisation et qui contribuent au bien-être des enfants.

Bonne Journée internationale de la Femme!

Children sitting around a cafeteria table talking

Au Canada, un enfant sur quatre commence sa journée sans avoir déjeuné, une statistique choquante qui signifie que plus d’un million de jeunes n’ont pas accès à un repas sain avant d’aller en classe. La situation est inacceptable.

Dans un pays aussi prospère que le nôtre, c’est tout simplement intolérable. Il est temps d’agir!

Les programmes de petits déjeuners offerts dans les écoles ont une incidence majeure sur la vie des enfants, les milieux scolaires et les familles. En procurant un repas nutritif aux enfants le matin, nous leur permettons d’apprendre plus facilement et de développer leur plein potentiel.

Le budget fédéral de 2019 annonçait une volonté de mettre en place un Programme national d’alimentation scolaire sans toutefois engager d’enveloppe budgétaire à cette fin. C’est un premier pas encourageant, certes, mais sans financement, il ne s’agit que d’une promesse. Et les enfants continuent d’attendre.

À l’approche des élections fédérales, nous exigeons plus qu’un engagement électoral. Nous voulons du concret!

Rappelons que le Canada demeure le seul pays du G7 où le gouvernement fédéral ne finance pas de programme d’alimentation scolaire.

L’année scolaire tirant à sa fin, l’équipe du Club des petits déjeuners, ses partenaires et ses alliés partout au pays exhortent le gouvernement à accorder immédiatement le financement pour la mise en place d’un Programme national d’alimentation scolaire qui procurera aux enfants des repas sains dès la rentrée 2019.

Nous vous demandons aujourd’hui de nous soutenir en partageant notre appel à l’action.
Aidez-nous à signifier au gouvernement fédéral que les enfants ne peuvent plus attendre.
Un programme d’alimentation scolaire est plus que nécessaire.

Ensemble, nous pouvons faire en sorte qu’aucun jeune ne commence sa journée le ventre vide au Canada.

Ensemble, marquons l’histoire canadienne en améliorant de façon durable la vie de nos enfants!

Le moment est venu. Leur moment est venu!

Daniel Germain
Président fondateur du Club des petits déjeuners

 

 Partagez ce que votre club signifie pour vous dans notre publication Facebook
 Démontrez votre appui sur Twitter : @ClubDejeuner
Utilisez nos mots-clics:

 

Adult and child holding hands

Les programmes de petits déjeuners – un facteur de motivation pour les enfants

Un programme de petits déjeuners représente beaucoup plus qu’un repas nutritif servi aux enfants avant leur journée d’école. L’accès à ce programme est un facteur positif dans la routine matinale des familles. Avec la rentrée des classes qui arrive à grands pas, plusieurs parents sont ravis et soulagés de savoir que leur enfant retournera à son club, chaque matin de la semaine.

« Quelle idée géniale qui contribue grandement à la sérénité familiale le matin! » explique une maman d’un enfant de 9 ans fréquentant l’école Armand-Lavergne, et elle n’est pas la seule.

Selon une étude réalisée en mars 2018 par le Club des petits déjeuners, en collaboration avec le département de marketing de HEC-Montréal, 75 % des parents interrogés confirment que depuis que leur enfant est inscrit au club, ils se sentent moins stressés et les matins sont plus faciles à gérer. De plus, 50 % d’entre eux expliquent que leur enfant ne déjeune pas à la maison en raison d’un manque d’appétit, du besoin de sommeil ou par manque de temps. Les parents consultés ont également remarqué de nouveaux goûts alimentaires chez leur enfant. Le Club trouve important de diversifier ses menus avec des aliments moins accessibles, permettant ainsi aux jeunes de développer leurs préférences.

Les parents ne sont pas les seuls à avoir hâte à la réouverture des clubs. Les enfants aussi. Amina, ancienne membre et bénévole du Club explique :

« C’est bien plus que d’avoir un petit déjeuner sur la table. En fait, il s’agit d’avoir accès à un endroit de confiance dans sa communauté. La raison qui explique pourquoi tu as besoin d’un petit déjeuner ou de venir au club importe peu. Ce qui importe, c’est que tu sois là, que tu reçoives le repas dont tu as besoin et que tu aies accès à un endroit calme dans un environnement accueillant et bienveillant. »

Un jeune garçon bénévole dans son club au Québec indique que, pour lui, « c’est comme une petite famille parce qu’on est ici tous les matins, et on déjeune ensemble. »

« Toutes les écoles devraient avoir [un club des petits déjeuners] » dit une maman d’un enfant de 6 ans allant à l’école Saint-Zotique. Le Club des petits déjeuners est au service des communautés et à l’écoute de ses membres. Nous travaillons fort pour offrir au plus grand nombre d’enfants possible l’accès à un programme de petits déjeuners!

À tous les parents et enfants qui font confiance au club chaque matin, MERCI!

JE VEUX FAIRE UN DON

Chairs stacked up on desks with a blurred background of a classroom

À l’aube de la rentrée scolaire, tout le monde est fébrile! Les enfants, cela va de soi, mais également l’équipe de l’école. Ce moment de l’année est l’occasion de mettre en lumière l’apport de ces professeur(e)s, membres de la direction et autres employé(e)s qui sont présents tous les jours dans la vie des jeunes, et qui jouent un rôle de premier plan dans le club de leur école. Certains ouvrent la porte et préparent la salle avant l’arrivée des bénévoles, d’autres accueillent les enfants ou discutent avec eux pendant leur petit déjeuner. D’autres, enfin, travaillent sur la logistique nécessaire pour opérer un club dans l’établissement scolaire. Chacun joue donc un rôle primordial pour le succès du programme de petits déjeuners, mais également pour les enfants.

« Une élève de 2e année considère notre programme de petits déjeuners comme sa maison maintenant, soit un endroit où elle se sent respectée et à sa place, et où on prend soin d’elle, explique Sarah Dropko, enseignante à l’école Hazelridge au Manitoba. Auparavant, cette petite fille arrivait à l’école fatiguée, affamée et non disposée à se concentrer pour apprendre. Aujourd’hui, quand elle vient chaque matin, elle sait qu’elle pourra s’asseoir et discuter avec des amis tout en prenant un bon petit déjeuner. »

Pour sa part, Sharon Hansen, professeure à l’école Lawrence Sinclair Memorial au Manitoba, raconte : « Les élèves se tiennent en retrait parce qu’ils ont le ventre vide. En tant que personnel de l’école, nous sommes très reconnaissants que le Club des petits déjeuners fournisse des fonds pour nourrir nos élèves afin qu’ils puissent profiter de leur journée à l’école. »

Stasia Uhlmann, enseignante à West Central High School en Alberta, relate une expérience : « un garçon de 15 ans souffrant d’autisme a été attiré par notre table de petit déjeuner. Au cours des premiers mois d’école, il ne faisait que regarder et il hochait la tête quand on lui offrait quelque chose. Au fil du temps, il est devenu de plus en plus enclin à venir se chercher un morceau de fruit ou un yogourt. Aujourd’hui, non seulement il est un participant régulier, mais il s’implique bénévolement chaque matin. »

Plusieurs enseignants ont pu remarquer les bienfaits d’un programme de petits déjeuners dans leur école.

« Nous avons observé une réelle amélioration de l’attention et de l’assiduité des étudiants en classe, parce que le petit déjeuner leur fournit le carburant dont leur corps a besoin », raconte Samantha Johnson, enseignante de nutrition à l’école Chilliwack Middle School en Colombie-Britannique.

Nicole Burnett, qui enseigne à l’école Henderson Elementary en Colombie-Britannique, abonde dans le même sens : « Nous avons pu constater que les enfants sont beaucoup plus calmes et mieux préparés pour leur journée quand ils commencent par s’asseoir ensemble pour prendre un petit déjeuner. »

À la suite d’un sondage réalisé par le Club auprès de 41 écoles, six mois après l’implantation d’un programme de petits déjeuners, 50 % de celles-ci ont vu une amélioration de l’assiduité en classe, tandis que le nombre d’interventions liées aux troubles du comportement a chuté dans 71 % des établissements.

Le Club des petits déjeuners vous remercie du fond du cœur pour tous les efforts fournis et pour votre implication au sein du club de votre école. Chers professeur(e)s, membres des équipes de direction et employé(e)s des institutions scolaires, bonne rentrée 2019!

JE VEUX FAIRE UN DON

Pinwheel with blurred background of a classroom

Pour le Club, la rentrée est un moment-clé dans l’année. Alors que l’été est consacré entre autres à la création de routes de distribution alimentaire et à la mise à jour de la documentation fournie dans les programmes de petits déjeuners, c’est à la rentrée que tout se concrétise.

Bientôt, 243 521 enfants canadiens seront accueillis à bras ouverts partout au pays par de bienveillants bénévoles. Ils auront accès à un petit déjeuner nutritif dans l’un des 1 809 programmes de petits déjeuners soutenus par le Club.

« Chaque employé du Club travaille pour s’assurer que les enfants déjeunent chaque matin. Même si on y travaille à longueur d’année, la rentrée apporte toujours une fébrilité. Tout mettre en place pour que les bénévoles puissent adéquatement accueillir les enfants qu’ils accompagneront toute l’année, c’est vraiment un excitant. On souhaite à tous une merveilleuse rentrée et une année remplie de succès petits et grands! » – Marie-Josée Lapratte

Selon la réalité des différents milieux scolaires, le soutien apporté par le Club varie. De la prise en charge de la livraison des denrées alimentaires au soutien financier en passant par la formation et le partage d’expertise, le Club souhaite donner les outils nécessaires à chaque milieu pour que les enfants qui y déjeunent profitent au maximum des bienfaits qu’apportent un programme de petits déjeuners.

L’accompagnement de tous les clubs de petits déjeuners qui préparent leur ouverture est similaire. Le Club contacte le responsable du programme et s’assure qu’ils ont en mains les outils dont ils ont besoin : affiches sur le lavage efficace des mains, fiches sur les allergies alimentaires, formulaires d’inscription, et plus encore! Évidemment, on porte une attention toute particulière aux 166 clubs dont c’est la première rentrée. C’est aussi un moment pour les mises à jour, avec entre autres de nouvelles indications pour guider les programmes dans la création de leurs menus, suite à la publication du nouveau Guide alimentaire canadien en janvier 2019.

C’est également au cours de l’été que les partenariats alimentaires sont renégociés afin de tenir compte de l’augmentation du nombre d’enfants et de programmes de petits déjeuners inclus dans la grande famille du Club. On recommence à ce temps-ci de l’année à recevoir la nourriture donnée pour le Québec à notre centre de distribution à Boucherville. À chaque semaine, c’est environ 100 000 livres de denrées qui sont expédiées à partir de notre entrepôt. De la même manière, on coordonne des chaînes de distribution dans plusieurs villes au Canada pour favoriser l’accès à des aliments frais et nutritifs pour des communautés plus éloignées, comme à La Loche, en Saskatchewan.

Bref, beaucoup d’effervescence et une grande collaboration avec les programmes afin que tous aient une merveilleuse rentrée!

JE VEUX FAIRE UN DON

3 children playing hopscotch on a school playground

Dans le cadre de la Journée mondiale de la santé mentale, nous tenions à vous partager un témoignage touchant d’une école du Nouveau-Brunswick.

« Une élève a écrit sur le mur des toilettes qu’elle se sentait seule, que personne ne se préoccupait d’elle, qu’elle n’avait pas d’amis. Plusieurs élèves lui ont écrit à leur tour pour lui répondre qu’elle était importante. Mais elle n’avait toujours pas d’amis avec qui passer du temps. On me l’a présentée et nous avons décidé de l’adopter dans la grande famille de notre programme de petits déjeuners. Depuis, elle est au rendez-vous tous les jours et se consacre entièrement à sa mission de bénévole.

Nous insistons souvent sur ce que ce programme fait pour les jeunes qui ont l’estomac vide, mais nous oublions parfois à quel point il peut être important dans la vie de nos bénévoles. Les 45 à 60 minutes que nous passons ensemble à préparer et servir le déjeuner contribuent à donner un sens à leur vie et à développer leur sentiment de fierté et d’appartenance. Mon amour pour ce programme grandit de jour en jour. Nous leur donnons une occasion unique. La preuve : cette élève s’est fait 12 amis en une seule matinée! »

Visitez le site Web de l’ONU pour en savoir plus sur la Journée mondiale de la santé mentale.