girl eating watermelon

 

En mai 2021, le Club des petits déjeuners s’est associé avec les Services Alimentaires Racines pour la mise en place d’un projet pilote visant à permettre à plus d’enfants d’avoir accès à un petit déjeuner nutritif avant d’entrer en classe.

 

Qui sont les Services Alimentaires Racines ?

Fondée en 2012, cette entreprise d’économie sociale offre des services alimentaires solidaires dans sa communauté. Elle a pour mission de combattre, entre autres, l’insécurité alimentaire dans sa communauté, soit la région de Huntingdon, au Québec.

Depuis plus de sept ans, l’équipe des Services Alimentaires Racines cuisine des repas à l’école Arthur-Pigeon, qui sont distribués aux élèves de la région grâce au service de traiteur scolaire de l’entreprise.

 

Le Club entre en jeu

Il y a un peu plus d’un an, le Club et les Services Alimentaires Racines ont conclu une entente de partenariat communautaire afin que les élèves de l’école Arthur-Pigeon puissent recevoir un menu hybride. Dans le cadre de cette collaboration, financée par le Club, les Services Alimentaires Racines fournissent les produits céréaliers, les fruits et les légumes, et le Club offre les protéines provenant de son entrepôt centralisé.

Au début de l’année scolaire 2021-2022, l’entente a été renouvelée afin que tous les élèves de l’école Arthur-Pigeon puissent accéder à ce programme. Présentement, 250 élèves reçoivent un petit déjeuner tous les jours.

 

Le projet prend de l’expansion

En 2022, d’autres écoles sont entrées dans ce projet-pilote. En janvier, l’école Chateauguay Valley Regional High School, à Ormstown, a ainsi changé sa formule : au lieu de recevoir des denrées par service de livraison, elle a commencé à utiliser un menu hybride par le biais du partenariat communautaire entre le Club et les Services Alimentaires Racines. Cent élèves se sont donc ajoutés au projet-pilote. En avril, c’est la Heritage Regional High School de Saint-Hubert qui a rejoint ce beau partenariat, dont 100 élèves sont bénéficiaires.

 

Un acteur de plus contre le gaspillage alimentaire

Les Complices Alimentaires est un projet collectif qui travaille à revaloriser des fruits et légumes tout au long de l’année, permettant ainsi d’offrir des produits frais, variés et de saison aux élèves. Ceux-ci proviennent de la récupération de denrées qui ne respectent pas les standards des épiceries et de surplus des détaillants. Grâce à cette association avec les Services Alimentaires Racines et le Club des petits déjeuners, les élèves des trois écoles ont la possibilité de consommer une plus grande variété de fruits et de légumes. De plus, lorsque la saison des récoltes tire à sa fin, l’équipe des Complices Alimentaires transforme les aliments et les met en conserve. De cette façon, rien n’est gaspillé et les élèves ont accès à ces produits même pendant la saison froide.

 

Que des bienfaits observés

Bien qu’il soit toujours en évaluation, ce projet-pilote génère déjà des bienfaits évidents :

  • Une augmentation de la fréquentation quotidienne a été remarquée à l’école Chateauguay Valley Regional High School, allant jusqu’à 50 % en seulement quelques mois;
  • L’utilisation, la distribution et la consommation de produits locaux sont facilitées;
  • L’approche adoptée facilite la discussion entre le Club, les Services Alimentaires Racines et plusieurs autres organismes sur le terrain, dont Moisson Sud-Ouest et la Cantine pour tous;
  • Une stabilité de la main-d’œuvre et une augmentation de la capacité de production ont été observées par Services Alimentaires Racines. Grâce à plusieurs soutiens financiers, dont celui du Club, l’entreprise a également pu se munir de nouveaux équipements de cuisine;
  • Le gaspillage alimentaire a été réduit, grâce à la collaboration avec l’entreprise collective Les Complices Alimentaires.

 

Un an après le lancement du projet, l’équipe du Club est ravie de constater que 450 élèves provenant de trois écoles différentes déjeunent tous les matins. En outre, une très bonne collaboration a été instaurée avec la direction de l’école Arthur-Pigeon, ce qui permettra éventuellement d’étendre le projet dans plusieurs autres écoles de cette communauté.

Gardons l’œil ouvert !

Jour de la Terre

 

Depuis plus de 50ans, le Jour de la Terre est célébré à travers le monde. Aujourd’hui, ce sont plus d’un milliard de personnes qui sunissent sur la planète pour participer à la sensibilisation et agir autour des enjeux environnementaux. Les changements climatiques et la dégradation de l’environnement constituent certainement les plus grands défis du 21esiècle.

 

Le Club est fier de collaborer avec des partenaires qui prennent des mesures concrètes face à ces défis!

 

Trudeau : des emballages réutilisables 

Trudeau est devenu partenaire du Club en 2020, soit au même moment où la pandémie débutait. Afin de respecter les consignes sanitaires qui étaient en vigueur, nous avons dû modifier notre fonctionnement en adoptant une toute nouvelle formule de petits déjeuners en classe basée sur la distribution de produits emballés individuellement.  

Heureusement, Trudeau s’est associée au Club afin de développer une solution plus verte. La société a ainsi envoyé 5 000 boîtes à sandwich réutilisables dans 45 programmes de petits déjeuners au Québec et en Ontario. 

Lire le blogue en entier.

 

Still Good : contre le gaspillage alimentaire 

Still Good lutte contre le gaspillage alimentaire. En s’associant avec le Club, l’entreprise permet non seulement de nourrir les enfants, mais aussi de revaloriser des surplus de nourriture qui seraient autrement jetés.  

En effet, elle offre une seconde vie à plusieurs ingrédients nutritifs encore bons et les transforme en parfaits produits pour le petit déjeuner. Cuisinés à base de résidus d’orge maltée et de pulpes de fruits et légumes, ses délicieux biscuits fournissent de l’énergie aux enfants qui fréquentent nos programmes. 

Voir le processus complet de revalorisation ici.

 

West Coast Seeds : jardiner pour les enfants 

West Coast Seeds est reconnue pour ses connaissances en jardinage et ses produits de qualité. L’entreprise vend et expédie partout au Canada des centaines de variétés de plantes, légumes, fleurs et bien plus.  

Depuis 2020, West Coast Seeds soutient les enfants au pays en versant un pourcentage des profits sur les ventes de certains produits au Club des petits déjeuners. Elle incite ainsi son public à jardiner davantage, tout en donnant une chance égale de réussite à des milliers d’enfants.

 

MicroHabitat : donner au Club, une plante à la fois 

MicroHabitat se spécialise dans la mise en place de potagers urbains et de toits verts en ville et dans les endroits les plus inusités. 

MicroHabitat a aussi créé des jardins dans plusieurs écoles afin de sensibiliser les nouvelles générations à l’importance des actions durables et de l’agriculture urbaine. 

L’entreprise soutient le Club par la vente de pots MicroHabitat, une belle façon de verdir les villes tout en contribuant à offrir un petit déjeuner à encore plus d’enfants. 


Pour voir plus d’initiatives de partenaires, cliquez ici. 

Nanaimo Ladysmith School Foundation

 

Le Club des petits déjeuners est un fier partenaire de la Fondation des écoles de Nanaimo-Ladysmith depuis 2015. La Fondation accomplit un travail phénoménal pour mobiliser les ressources communautaires de son réseau et préparer les livraisons pour les écoles dans son dépôt de denrées alimentaires. En 2021-2022, 21 écoles ont reçu le soutien du Club des petits déjeuners par l’intermédiaire de la Fondation, ce qui veut dire qu’en moyenne, 1 291 élèves ont bénéficié quotidiennement du programme.

 

En décembre, deux membres du personnel du Club des petits déjeuners ont pu rencontrer ce partenaire dévoué de l’île de Vancouver et passer une journée remplie de moments passionnants. En compagnie de la directrice générale de la Fondation, Crystal Dennison, ils ont rendu visite à plusieurs programmes scolaires et fait un tour à l’entrepôt de denrées alimentaires. Ils ont ainsi pu voir les bienfaits incroyables du travail de cette organisation dans son milieu.

Nanaimo Ladysmith School Foundation

Premier arrêt : l’école primaire Bayview, où le programme de petits déjeuners est dirigé par la directrice, Stephanie Stephens, et son adjointe d’enseignement, Naomi Lajeunesse, qui se passionne pour la nutrition en milieu scolaire et aime cuisiner repas et desserts. Elle apprécie beaucoup le service de livraison alimentaire de la Fondation parce qu’elle n’aurait pas le temps autrement d’aller acheter tout ce qu’il faut pour le programme. Naomi vante les mérites des aliments sains livrés par la Fondation et l’efficacité de Crystal. « Tout ce que je souhaiterais, ce serait d’avoir plus de temps à consacrer au programme de petits déjeuners », a-t-elle dit pendant la visite, qui a révélé à quel point les ressources en personnel disponibles pour le programme sont limitées, ce qui prouve d’autant plus l’importance des services de livraison de la Fondation.

 

Destination suivante : l’école communautaire John Barsby, également partenaire de la Fondation et dont le programme de repas est l’un des plus importants de la région. Celui-ci sert des petits déjeuners et des dîners en plus de desservir cinq écoles sources. Il est géré par Holly Knox, enseignante d’arts culinaires, avec l’aide de 25 élèves de son cours de cuisine. Les petits déjeuners sont offerts selon deux formules : via un kiosque centralisé distribuant des repas à emporter, ou via une livraison en classe. Dans ce dernier cas, les élèves commandent à la carte et les repas sont livrés dans les classes par des élèves du cours de cuisine. Holly n’a pu s’empêcher d’avoir les larmes aux yeux en disant que, sans la Fondation, le programme ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. Elle a également remercié le Club des petits déjeuners pour son soutien généreux et sans faille envers la Fondation.

 

Dernier arrêt : l’entrepôt de la Fondation. C’est là que la magie opère ! Les dons alimentaires et les achats en gros y sont triés et conservés avant d’être distribués aux écoles de tout le district scolaire de Nanaimo-Ladysmith. Tracy Gilbert, coordonnatrice du programme d’aide alimentaire de la Fondation, est généralement sur place pour aider à charger le véhicule de livraison. Elle a servi de guide pendant la superbe visite de l’entrepôt, un espace lumineux et spacieux bien équipé pour l’entreposage à sec et la réfrigération. Les produits étaient proprement rangés sur les tablettes pour faciliter le triage et la récupération des aliments. Étonnamment, Tracy est seule pour coordonner la logistique alimentaire et trier les livraisons à l’entrepôt, mais elle reçoit toutefois l’aide occasionnelle de membres de la communauté.

 

L’entrepôt et les écoles font tous partie d’un système innovateur et efficace créé par Tracy et Crystal et soutenu par de nombreuses autres personnes. Avant, Tracy et Crystal géraient le programme dans leur bureau, qui a fini par déménager dans une unité d’entreposage, puis dans ce magnifique lieu si bien organisé. Elles travaillent toutes deux, côte à côte et sans relâche, pour étendre la portée du programme afin qu’il profite à davantage d’élèves et d’écoles.

 

Lorsqu’on demande à Crystal comment elle voit l’avenir du programme d’aide alimentaire de la Fondation, elle dit espérer que l’entrepôt devienne une cuisine commerciale entièrement fonctionnelle, où il sera possible de cuisiner et de préparer les repas pour les écoles participantes. Ces dernières profitent grandement de la livraison des aliments, mais elles doivent tout de même préparer les repas chaque matin. Crystal espère qu’un jour la Fondation pourra se charger de cette tâche et ainsi libérer encore plus de temps aux enseignants afin qu’ils puissent se concentrer sur l’enseignement pendant que la Fondation, elle, s’occupera de nourrir les élèves.

 

Ce travail s’inscrit dans une vision d’avenir où tous les enfants seront bien nourris et où les communautés seront solidaires. Le Club des petits déjeuners apprécie énormément le dévouement de la Fondation à offrir un programme alimentaire si extraordinaire et à tirer le maximum des ressources et des réseaux dont elle dispose pour appuyer la prestation de programmes de petits déjeuners de qualité aux écoles de sa région.

 

Pour en savoir plus sur le programme d’aide alimentaire de la Fondation des écoles de Nanaimo-Ladysmith, visitez ce site Web : https://www.nlsf.ca/food4schools

Si le programme de repas de l’école communautaire John Barsby vous intéresse, ne manquez pas de regarder la vidéo suivante sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=oFkV2TANZ68

Lunchbox

 

Depuis quelques mois, les programmes de petits déjeuners du Québec et de l’Ontario ont reçu une aide significative dans leur volonté de devenir plus écologiques et responsables.

 

En effet avec l’arrivée de la pandémie, comme de nombreux autres programmes, le Club des petits déjeuners avait dû changer son modèle de menu et de service. Pour s’adapter aux nouvelles normes sanitaires en vigueur, il avait été contraint de se tourner vers des emballages individuels. C’est dans l’optique de répondre à cette problématique et trouver une solution plus « verte » qu’une discussion puis une collaboration avec l’entreprise Trudeau s’est développée.

Little Boy with his lunch

La société a généreusement offert 5000 boites à sandwich FUEL à 45 écoles et organisations du Québec et de l’Ontario, faisant ainsi écho au travail entamé depuis plusieurs années afin de diminuer l’empreinte écologique et réduire l’utilisation de plastique à usage unique dans les programmes.

 

Claudine Dessureault, Conseillère principale Nationale, achats et inventaire explique « Lorsque nous avons rencontré Trudeau, l’idée était de voir comment obtenir leur aide, puisqu’ils sont des fabricants de produits de cuisine de haute qualité. »

 

Une mission commune avec le Club qui a toujours voulu fournir des outils efficaces pour faciliter la préparation et le service des petits déjeuners dans les écoles.

 

Travailler en équipe pour une viabilité à long terme

 

Forte de son expertise acquise depuis 1889, l’entreprise Trudeau est reconnue comme un chef de file dans la conception et le développement d’articles de cuisine et de maison.  Elle a donc rapidement compris la problématique du Club et pu répondre aux besoins des enfants en proposant sa boite à sandwich.

 

Il était ainsi important que le produit choisi soit réutilisable mais aussi facile d’entretien et de manipulation par des petites mains.

 

Little Boy eating his lunch

 

Avec ce projet pilote, la société espère sensibiliser les gens aux besoins du Club des petits déjeuners et contribuer à la cause des enfants.  Trudeau est déjà impliqué dans les domaines qui touchent à la santé et par ce nouveau partenariat, démontre sa volonté de s’engager auprès d’organismes reliés à l’alimentation.

 

Par exemple, l’entreprise a participé à l’encan de la Fondation Bruny Surin qui encourage les bienfaits d’un mode de vie sain et actif auprès des jeunes étudiants. Trudeau collabore aussi depuis plusieurs années avec La tablée des chefs dont la mission est de lutter contre l’insécurité alimentaire et éduquer les jeunes pour développer leur autonomie alimentaire. Dans ce sens, la société note l’importance de l’alimentation au bon fonctionnement de l’organisme et à la croissance des enfants, mais elle y voit aussi des occasions d’apprentissage et des expériences nouvelles.

 

Mettre l’environnement au cœur des décisions

 

Le chemin vers une plus grande durabilité est encore long, mais le respect de l’environnement est un principe important pour le Club. Cependant, mettre en place une telle transition doit se faire de concert avec l’équipe-école : moins d’emballage peut vouloir dire, un peu plus de vaisselle à faire. L’implication des partenaires mais aussi des bénévoles devient primordiale pour effectuer ce changement.

 

De même, les produits de qualités sont des alliés essentiels mais peuvent être dispendieux pour un organisme à but non lucratif.  Si les avantages sont bien réels, avec une réduction nette des déchets quotidiens, le défi financier reste toujours au cœur de ce type de transition.

 

Marie-Eve Desrochers, conseillère principale partenaires corporatifs souligne alors « Nous avons de belles discussions avec des partenaires qui partagent nos valeurs, mettant les enfants et l’environnement au cœur de leurs décisions. » La prochaine étape sera donc de proposer une boîte FUEL aux couleurs du Club pour une campagne d’auto-financement auprès du grand public durant la collecte de la rentrée scolaire. « Cela permettra de financer des équipements et ainsi réellement appuyer les écoles dans leurs efforts verts, sans regard à notre capacité financière, grâce à la collaboration de partenaires tels que Trudeau ».

Children Drawing

Bâtir un avenir plein de possibilités, de joie et de découvertes… c’est l’ambitieuse mission que s’est donnée K+S Potash Canada (KSPC) grâce à son programme Youth + Us. Depuis la dernière année, la compagnie minière s’associe au Club des petits déjeuners pour élargir sa portée dans les communautés de la Saskatchewan afin que tous les enfants reçoivent les aliments nutritionnels qui leur sont nécessaires pour s’épanouir et devenir les penseurs, les innovateurs et les leaders de demain.

 

Selon de nombreuses études, un accès fiable aux aliments et à la nutrition est l’un des facteurs les plus importants du développement humain, car cela favorise le bien-être physique, émotionnel et mental. C’est une idée que l’équipe de KSPC comprend bien, comme l’explique Lauren Bartel, coordinatrice des communications à KSPC. « Malheureusement, dans nos communautés, cela représente une lutte quotidienne pour maintes familles. Sachant cela, nous étions persuadés que nous pouvions faire la différence grâce à des partenariats exclusifs avec certaines organisations, comme le Club des petits déjeuners. ».

 

K+S Potash Canada fait partie du Groupe K+S, une entreprise allemande qui exploite et traite la potasse et le sel depuis plus de 125 ans. KSPC est l’un des principaux fournisseurs mondiaux de produits minéraux, qui sont utilisés dans tous les domaines, de l’agriculture aux produits de consommation. Son siège social est situé à Saskatoon, en Saskatchewan, mais la majorité des 400 employés de KSPC se trouvent près de la mine Bethune, plus au sud, dans la municipalité rurale de Dufferin. Cette mine était une entreprise révolutionnaire, le plus grand projet de l’histoire de l’entreprise et la première nouvelle mine de potasse construite en Saskatchewan depuis plus de 40 ans.

 

Reconnaissante de la possibilité de travailler dans la province et de faire l’expérience de tout ce qu’elle a à offrir, K+S Potash Canada a commencé à chercher des moyens de redonner aux communautés de la Saskatchewan qui rendent son travail possible. Plus d’une décennie plus tard, KSPC investit maintenant maintenant plus de 1,5 million de dollars par année dans la province, en mettant l’accent sur les initiatives jeunesse afin que les enfants aient plus de chances de découvrir ce qui les motive, de développer des compétences de vie et de vivre de nouvelles expériences.

 

« Il nous incombe de redonner aux communautés dans lesquelles nous vivons et travaillons et, plutôt que de disperser nos ressources en essayant d’aider toutes les sphères d’activités, nous avons limité notre champ d’action aux initiatives visant la jeunesse. Nous pensons que c’est ce qui a le plus de chances d’avoir un impact positif à long terme, car en grandissant, ces jeunes feront aussi profiter leur famille et leurs amis des expériences qu’ils ont vécues. »

 

Nourrir un monde en pleine croissance

La potasse étant l’un des engrais de culture les plus efficaces au monde, KSCP opère dans un secteur proche de la production alimentaire. La compagnie est consciente des tendances en matière d’insécurité alimentaire et de la façon dont un manque de nutrition adéquate peut nuire aux jeunes enfants, non seulement sur le moment, mais aussi pour le reste de leur vie.

 

« Nous estimons qu’il s’agit d’un problème important dans toute la province et qu’il faut l’aborder, mais nous savons également qu’il existe des organisations, comme le Club des petits déjeuners, qui peuvent le faire plus efficacement que nous ne le pourrions à nous seuls » explique Bartel. « Nous cherchons à donner à ces organisations les moyens de faire ce qu’elles font le mieux. » Ce partenariat renforce ainsi les activités du Club dans la province de la Saskatchewan en particulier, où il a soutenu l’expansion des programmes au cours de la dernière année.

 

Steven Letts, conseiller en partenariats d’entreprise au Club des petits déjeuners, souligne encore cet avantage. « K+S Potash Canada a fourni au Club un soutien généreux pendant des périodes critiques de la pandémie et même au-delà. La compagnie minière soutient de nombreuses initiatives, y compris des programmes artistiques et sportifs, tandis que le Club se préoccupe avant tout de la nutrition. Nous avons tous à cœur d’améliorer le bien-être des enfants et des jeunes du Canada ».

 

Nous tenons à remercier K+S Potash Canada pour son engagement envers notre cause. Ensemble, nous pouvons donner aux jeunes de nos communautés les moyens d’agir, et ainsi créer des changements durables et significatifs. Et comme Bartel l’a parfaitement résumé Construisons un avenir plus heureux et plus sain!

Team picture - Cargill

 

La fin de l’année est peut-être le moment le plus propice aux remerciements. Au Club des petits déjeuners, nous souhaitons exprimer toute notre gratitude à nos donateurs et donatrices et souligner leur importance pour réaliser le plein potentiel des enfants. C’est également le temps de marquer une pause pour revenir sur nos réalisations et reconnaître tout le travail qui reste à accomplir en matière d’insécurité alimentaire au Canada, un problème que Cargill prend depuis longtemps au sérieux.

 

Catherine Tremblay, conseillère, fondations et partenariats corporatifs, au Club, l’affirme d’emblée : « En tant que partenaire du Club depuis plus de 10 ans, Cargill a une vision qui concorde bien avec la nôtre. La société est résolue à lutter contre l’insécurité alimentaire dans nos collectivités et à faire une réelle différence en matière de nutrition. Pour Cargill, tous les enfants devraient avoir accès à des aliments nutritifs pour apprendre et grandir, et il nous faudrait faire de l’éducation nutritionnelle une priorité afin de favoriser les saines habitudes alimentaires dès le plus jeune âge. »

Preparing food

Une mission qui relie 

Depuis l’acquisition d’un entrepôt de céréales en 1865 (il y a plus de 150 ans !), la société demeure fidèle à la vision d’origine de William Wallace Cargill : aider le monde de l’agriculture à prospérer, établir des liens avec les marchés et offrir aux gens les produits qu’ils recherchent. Reconnue comme l’un des plus grands spécialistes du marchandisage et de la transformation de viandes et de graines oléagineuses au Canada, Cargill s’implique en outre dans la vente au détail des produits agricoles et dans la manutention et la mouture du grain afin d’offrir toute une gamme de possibilités alimentaires. 

 

« Notre objectif est de nourrir le monde d’une manière sûre, responsable et durable. Chaque jour, nous connectons les agriculteurs avec les marchés, les clients avec les ingrédients, et les personnes et les animaux avec les aliments dont ils ont besoin pour prospérer », explique Alayna Hoy, spécialiste des communications mondiales chez Cargill. 

 

La voie qu’emprunte la société est à l’image de celle que suit le Club des petits déjeuners, en exerçant ses activités localement, partout au pays, et en réunissant les gens et les collectivités autour d’une cause commune. Tout en combinant son expérience avec de nouvelles technologies et idées pour offrir ses services en tant que partenaire de confiance dans plus de 125 pays, Cargill soutient les programmes du Club au Canada pour assurer à la jeune génération un accès à une alimentation nutritive et lui permettre de connaître du succès à l’école comme dans la vie, un petit déjeuner à la fois. 

Preparing food

Apporter des solutions nutritionnelles durables 

« L’engagement communautaire de Cargill, c’est une constante depuis le début. C’est au cœur de ce que nous sommes. Nous travaillons avec des partenaires au-delà des frontières afin de favoriser le développement durable et d’améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition » reprend Alayna Hoy

 

En 2021, Cargill a versé un total de 110,5 millions de dollars en dons de charité pour soutenir les collectivités de 56 pays. De plus, les entreprises de Cargill et les groupes dirigés par des membres de leur personnel collaborent avec des organisations locales civiques, sans but lucratif et non gouvernementales à des programmes et projets qui améliorent la sécurité alimentaire et la nutrition et défendent les droits de la personne, l’équité et l’inclusion. 

 

Cargill est donc un partenaire idéal pour le Club des petits déjeuners, qui soutient plus d’un demi-million d’enfants à travers ses 3 362 programmes au Canada. Grâce à un réseau de partenaires dévoués des secteurs public et privé – comme Cargill –, le Club arrive à réunir des ressources et à se rapprocher d’un rêve que chérissent de nombreuses personnes : nourrir tous les enfants au pays et leur donner une chance égale d’apprendre. 



Cliquez ici pour plus d’histoires.

Le Club des petits et grands artistes

 

Gallea, la plus grande galerie d’arts visuels d’artistes indépendants au Canada, réalise sa première collaboration avec le Club des petits déjeuners dans un projet créatif permettant d’amasser des dons et de mettre de l’avant des petits et des grands artistes lors d’une exposition en ligne collaborative qui a débuté le 18 octobre dernier. 

 

La mission de Gallea est de créer le plus grand réseau de distribution d’œuvres d’art à travers le monde afin de rendre l’art accessible partout et à tous. C’est la notion d’accessibilité des opportunités qui a touché le Club, « Gallea partage plusieurs valeurs avec le Club et la collaboration entre les deux équipes a permis de trouver un moyen innovant et inspirant de générer des dons. », explique Catherine Tremblay, Conseillère, Fondations et partenariats corporatifs. 

 

Une collaboration gagnante entre le Club des petits déjeuners et Gallea 

Grâce à un concours de dessins sur Facebook, le Club a offert la chance à 20 enfants d’être la source d’inspiration de plusieurs artistes grâce à leur dessin. Des artistes canadiens se sont inspirés des dessins sélectionnés pour créer des œuvres d’art présentées dans le cadre de l’exposition virtuelle Le Club des petits et des grands artistes, disponibles à l’achat sur la galerie d’art en ligne de Gallea. Pour générer des dons, 50% des revenus des ventes sur les œuvres d’art sont remis au Club des petits déjeuners.  

Par ailleurs, Linzi Shang, cofondatrice de Gallea, fréquentait un programme de petits déjeuners lorsqu’elle était jeune. Elle garde de très beaux souvenirs de son expérience avec le Club, « Les bénévoles étaient vraiment gentils, ils souriaient et avaient une approche très personnelle. Je me sentais vue et considérée. C’est ce genre d’expérience qui a certainement forgé mon grand sentiment d’appartenance à la communauté québécoise. », explique-t-elle. Cette année, elle est donc heureuse de prendre part à ce beau projet et de donner à son tour au Club. 

 

Apprenez-en plus sur l’histoire de Linzi ici. 

 

Des artistes inspirés par le projet  

Plus de 40 artistes Gallea provenant de partout au pays ont répondu à l’appel afin de contribuer au projet dans le but d’aider le Club à offrir plus de petits déjeuners nutritifs aux enfants à travers le Canada. Ceux-ci avaient carte blanche pour créer une œuvre inspirée du dessin de l’enfant qui représentait un des thèmes suivants: l’amitié, le partage et l’apprentissage. En plus de créer les œuvres d’art pour l’exposition, ils ont offert de la visibilité au Club et grâce à leur exposition sur les médias sociaux, ils ont permis de créer un engouement pour le projet.   

 

Des parents bien fiers de leurs enfants  

Les parents des petits artistes étaient emballés et fiers de voir le dessin de leur enfant prendre une nouvelle forme et de pouvoir contribuer à ce projet permettant de redonner aux enfants. « Wow, le résultat est magnifique! Mes enfants étaient enchantés d’avoir eu la chance de participer à cette initiative pour une bonne cause! », explique Joannie, maman de Alice, Cloé et Genève.  

L’exposition Le Club des petits et des grands artistes, une collaboration entre le Club des petits déjeuners et Gallea, est actuellement en ligne. 50% des revenus des ventes sur les œuvres d’art sont remis au Club des petits déjeuners. 

 

Bonne exposition ! 

Walmart Associate

 

Saviez-vous que 60 % des apprentissages d’un enfant se font le matin ? Les études ont démontré qu’un petit déjeuner nutritif quotidien aide les enfants à s’épanouir, à apprendre et à se dépasser. Malheureusement, beaucoup de jeunes Canadiens et Canadiennes arrivent à l’école le ventre vide.

 

C’est pourquoi, il y a 19 ans, Walmart Canada a décidé d’appuyer les programmes du Club des petits déjeuners : pour aider à ce que tous les enfants puissent manger avant de commencer leur journée. 

 

Walmart Canada est présentement au cœur de sa campagne annuelle de collecte de fonds pour la rentrée scolaire, dont l’objectif est de sensibiliser la population et de recueillir des fonds pour les programmes de petits déjeuners en milieux scolaires et communautaires à travers le paysPaul Lethbridge, directeur, fidélisation et relations donateurs, raconte : « Notre partenariat avec Walmart Canada est riche de possibilités pour le Club. La collecte de fonds annuelle a beaucoup d’impact et nous donne les ressources nécessaires pour servir des millions de repas chaque année. Grâce à la générosité et au dévouement des associés et des clients de Walmart, notre travail gagne de l’ampleur année après année pour répondre aux besoins croissants. » Depuis 2003, la collaboration entre Walmart Canada et le Club des petits déjeuners a permis d’amasser plus de 55 millions de dollars qui ont servi à nourrir plus de 243 000 élèves par jour. 

Walmart Associate

Le vaste programme philanthropique de Walmart Canada a pour but d’apporter un soutien aux familles canadiennes dans le besoin. Depuis 1994, les collectes de fonds du détaillant ont mené à plus de 500millions de dollars en dons à des organismes de charité canadiens. « Nous avons à cœur de bâtir et de soutenir des collectivités dynamiques, tout en inspirant nos associés à faire de même. Nos programmes de dons répondent à des besoins sociaux spécifiques. Nous sommes fiers d’inspirer le changement grâce au travail de nos associés et de nos magasins », se réjouit Gaurav GuptaDirecteur, Environnement Social et Gouvernance, chez Walmart Canada. Elle souligne le dévouement admirable des associés quand on les invite à entrer en relation avec la clientèle et les organismes locaux pour mieux connaître les besoins et savoir comment y répondre. « Ils ont une énorme passion pour le soutien de causes justes et d’organisations louables comme le Club des petits-déjeuners » 

 

Un impact vraiment national 

Outre les fonds recueillis lors de cette campagne, Walmart Canada demeure le plus grand donateur corporatif du Club des petits déjeunersqui offre à plus de 490 000enfants canadiens une chance égale d’apprendre. Avec sa chaîne de magasins d’un bout à l’autre du pays et une grande équipe composée de plus de 100 000associés, Walmart Canada est un véritable levier pour sensibiliser le public à la cause du Club. « Notre mission, notre image et notre impact sont visibles pour des millions de personnes qui magasinent sur place ou en ligne pendant la campagne. Au début du partenariat, il y a 19ans, l’appui national de Walmart Canada a posé les bases nécessaires pour que le Club puisse faire avancer sa mission sur tout le territoire canadien, afin d’avoir un impact vraiment national. Sans le soutien de Walmart Canada, l’insécurité alimentaire toucherait plus d’enfants quotidiennement », renchérit Paul Lethbridge. 

 

La collecte de fonds de Walmart Canada prend fin le 22 octobre 2021. Il est possible de faire un don dans plus de 400 magasins participants au Canada ou en se rendant au www.walmart.ca/fr. 

affirmation station

Harvest Manitoba est allé au-delà de sa mission initiale de nourrir les enfants en incluant des messages de motivation dans ses sacs Breakfast 2 Go, destinés aux élèves de cinq écoles partenaires. La réponse à cette initiative a été tout simplement incroyable.

 

Mika Peterson, gestionnaire des événements communautaires chez Harvest Manitoba, raconte que « l’idée d’ajouter ces petits mots est née d’un désir de s’assurer que les élèves qui reçoivent les denrées sont non seulement nourris physiquement et mentalement, mais aussi émotionnellement grâce à des messages positifs. Nous savons que pour avoir des enfants en santé dans nos communautés, il faut que ces trois dimensions soient comblées également, d’où l’ajout des messages. C’est un petit rappel que quelqu’un pense à eux et se préoccupe d’eux. On leur donne des repas et des pensées pour qu’ils se sentent pleinement soutenus. »

Positive notes

À l’origine, les messages provenaient de recherches sur Google ou Pinterest. Un jour, un groupe de bénévoles qui avait fini de trier la nourriture plus tôt que prévu a demandé s’il y avait autre chose à faire pour aider. L’équipe de Harvest Manitoba a dit qu’ils pourraient préparer des messages écrits à la main pour les sacs. Ça pouvait être aussi simple que « Passe une belle journée! » ou « Bon appétit! ». Les bénévoles ont accepté avec plaisir, et bien que l’exercice ait été improvisé, les élèves et les enseignants ont souligné à quel point ces messages personnels les touchaient. Non seulement les messages avaient-ils contribué au bien-être des élèves, mais les bénévoles ont aussi aimé les composer, se rappelant ainsi l’importance d’être bienveillants envers eux-mêmes.

Positive Notes

Bref, la réaction a été éminemment positive. Les élèves ont dit que les messages leur donnaient l’impression qu’on se préoccupait d’eux, et ils avaient hâte de savoir quel serait leur message de semaine en semaine. L’équipe de Harvest Manitoba était heureuse de constater qu’une action si simple avait un effet si puissant. Durant les Fêtes, Harvest Manitoba a partagé une publication sur les réseaux sociaux, demandant des suggestions de messages à ses abonnés. Plus de 100 familles, écoles et entreprises ont répondu, élargissant la portée de l’initiative; voilà qui témoigne de la force de la communauté.

À la fin de l’année, Harvest Manitoba a envoyé un sondage aux élèves pour obtenir leurs commentaires sur le programme. Une des questions portait sur les messages et sur la façon dont ils les faisaient sentir. Voici quelques-unes des réponses attendrissantes formulées par les élèves :

  • « Je me sens heureux et spécial. »
  • « Je les adore. Je les place sur mon frigo à la maison. J’ai gardé chaque message depuis l’année passée. »
  • « Ce que je ressens quand je reçois B2Go… DU BONHEUR! »
  • « C’est amusant à lire. Les messages motivants sont les meilleurs. »
  • « Les messages de mes sacs B2Go me rendent heureuse. »
  • « Je les lis et je les garde dans une boîte. »
  • « Ça me rend joyeux! Les blagues sont amusantes et drôles et cocasses! »
  • « Je les garde pour ma sœur parce qu’elle vit des difficultés et les messages la réconfortent. »
  • « Ils sont drôles, ils me font rire! »
  • « Ils me font sourire, et on peut voir que d’autres enfants les ont écrits alors c’est cool. »
  • « Confiant et génial. »
  • « J’en ai reçu beaucoup. C’est bien de lire des mots gentils. »
  • « Les messages dans les sacs m’encouragent à faire des choses. »
  • « Joyeux, vraiment joyeux, et j’ai l’impression qu’il faudrait que j’écrive un message semblable à quelqu’un d’autre. »
  • « Les messages que je reçois dans mes sacs rendent mes journées encore meilleures et me font sourire. L’année passée, je gardais les messages et je les redonnais aux membres de ma famille. »
  • « Je voudrais savoir qui les écrit et je souhaite en écrire pour d’autres élèves. »
  • « Ils me font me sentir super bien. Chaque fois que je suis en classe, je lis les messages et ils m’aident à travailler plus vite. »
  • « J’ai l’impression que quelqu’un me donne de la confiance! :) »
  • « Ça me fait me sentir bien parce que je sais que j’ai quelque chose à manger. »

 

Voici ce qu’a répondu Mika quand on lui a demandé ce qu’elle aimait le plus de ces messages :

« J’adore que nos élèves sentent qu’on s’occupe d’eux, et le fait que les messages agissent comme des petits rappels qu’une communauté entière est derrière eux. C’est le meilleur aspect de mon travail : voir les personnes de la communauté se rassembler et s’entraider. Que ce soit en soutenant Breakfast 2 Go par des dons, par de la nourriture, par du temps d’emballage ou par du temps passé à écrire des messages, les répercussions sont immenses. »

 

Cette expérience nous montre une fois de plus que chaque geste compte. Le plus petit don, tout comme un court investissement de temps, peuvent avoir un effet durable.

Aujourd’hui, le Club des petits déjeuners est parti à la rencontre de Anick Lamothe, blogueuse, autrice, traductrice et maman. Anick est également bénévole dans un programme de petits déjeuners du Club depuis 2013. Cette passionnée de cuisine se cache derrière le blogue Une mère poule un peu dingue et vient de concevoir une collection de 10 recettes saines et nutritives pour le Club. Ces délicieuses recettes sont disponibles dans le cadre des campagnes de financement de Circle K et Couche Tard pour le Club des petits déjeuners.

 

Découvrez la créatrice de saveurs Anick Lamothe :

 

Tu sembles avoir eu plusieurs vies, peux-tu nous raconter ton parcours ?

Enfant, je rêvais de devenir enseignante ou avocate, j’ai pratiqué 3 ans de notariat et j’ai détesté ça ! J’ai toujours aimé l’alimentation saine et comme je faisais des purées maison à ma fille, je les ai proposés à des copines qui venaient d’accoucher. L’idée s’est développée pour devenir les aliments La Mère Poule que j’ai cofondée avec ma mère. Cela a été une réussite, mais ma mère est tombée malade et nous avons vendu l’entreprise. Je me suis réinventé dans le développement pharmaceutique et c’est à ce moment-là que j’ai décidé de redonner à la société. Le Club s’est imposé à mon esprit, vu mon amour pour les enfants.

 

Comment est née ta passion pour la cuisine ?

Petite, ma mère m’installait à ses côtés quand elle cuisinait. J’avais mon mini rouleau à pâte et je confectionnais des tartes ! J’ai toujours trouvé les odeurs de la cuisine réconfortantes. Plus tard, pour me détendre, je lisais des livres de recettes comme d’autres lisent des romans. La passion de la cuisine permet aux familles d’être ensemble et partager de bons moments. C’est tout ça pour moi la cuisine.

Anick Lamotte Cookbook

Quelle est ta recette préférée ?

Je préfère le salé au sucré. Pendant longtemps, ce que j’aimais le plus, c’était le gâteau moka de ma grand-maman et ses « biscuits frigidaires ». Aujourd’hui, je suis trop curieuse pour me limiter à une recette préférée !

 

Pourquoi avoir choisi de t’engager avec le Club ?

Parce qu’il est impossible d’apprendre quand on a faim, et que l’éducation est la clé de la réussite. Ces petits cerveaux ont soif d’apprendre, mais il faut les aider pour les propulser. Je considère qu’abaisser le niveau d’insécurité alimentaire au pays est presqu’un devoir citoyen, c’est un bien pour le futur de notre société.

De plus, j’ai aussi toujours été une personne occupée et le seul temps que j’avais à accorder au bénévolat était tôt le matin. Le Club m’offrait donc la solution parfaite : donner un coup de main à un organisme sérieux en aidant les enfants à mieux manger !

 

Comment cela se traduit-il dans la réalité, qu’y fais-tu ?

Avant la pandémie, il y avait la mise en place des tables, des plats et la préparation des aliments (c’est agréable, on papote ensemble !). Des bénévoles sont affectés au service ou à la vaisselle. C’est le temps de « connecter » avec nos cocos, nous les servons avec un sourire et quelques phrases. Des enfants se portent toujours volontaires pour donner un coup de main, c’est un beau moment. Je m’ennuie de mon papotage avec Fadia, et de son grand sourire ou avec Sophie, haute comme trois pommes. On sert des enfants, mais il y a une dose de chaleur humaine qui passe dans les deux directions. Quand je pars, je suis sur un petit nuage doux, même si ce n’est pas toujours facile de se lever à 5h30 et d’embarquer dans une auto froide ! Mais le club donne plus qu’il ne demande aux bénévoles.

 

Qu’as-tu remarqué auprès des enfants qui partagent ces petits-déjeuners ?

Je suis dans un quartier multiethnique, il y a beaucoup de nouveaux arrivants et tout le monde aime le sirop d’érable ! Ce qui est remarquable, c’est la gentillesse et la politesse de nos enfants. Certains arrivent au début et sont nerveux puis au fil des semaines, ils se détendent. Ce que je remarque aussi c’est « l’inclusion » dont ils font preuve, il est rare qu’un enfant mange seul. Et toutes les cultures se mélangent !

 

Peux-tu nous parler des recettes que tu as créées pour le Club ?

Je voulais créer des recettes saines, nutritives, faciles à faire, mais avec un côté nouveau pour faire explorer les papilles, tout en gardant en tête qu’elles devaient plaire au plus grand nombre. Ainsi, le gruau du matin est fait avec de l’épeautre, une céréale très nutritive et délicieuse, on trouve de la farine de sarrasin et un œuf sur mes muffins réveil-matin et je me suis inspirée d’un « street food » coréen pour les créer !



Ne ratez pas les dates de campagne de financement pour le Club des petits déjeuners ci-dessous. Faites un don à la caisse d’un magasin Couche-Tard ou Circle K, dans les succursales des maritimes, et obtenez un lien sur votre facture qui vous donnera accès à ces recettes exclusives !

 

Couche-tard : 14 au 20 septembre

Circle K – Maritimes : 14 septembre au 11 octobre